L’histoire
- Le 16/10 : 1 résident hospitalisé, dépisté Covid+
- Le 17/10 : Alerte donnée le samedi (les débuts de crise, c’est souvent les WE…)
Réaction rapide de la direction :
? Le 18/10 : Dépistage des résidents et des soignants contacts (secteur « Alzheimer) présents, dès le
dimanche. Résultats : 7 résidents Covid+
? Mise en place rapide d’une séparation en 2 unités, Covid + et Covid « suspects » pour les résidents du
secteur avec une équipe soignante dédiée dans chaque unité. Mise à disposition d’EPI. Organisation
des circuits du personnel distinct, avec création de vestiaire. Aménagement des circuits déchets, linges
et repas. Matériel de soins dédié à chaque secteur.
? Renforcement des mesures de bionettoyage
? Arrêt des visites
? Poursuite des dépistages
- Le 20/10 : 5 professionnels positifs (dont 1 administratif qui prenait ses repas avec un des soignants positifs)
- Le 22/10 : 6 résidents positifs (venant de la zone « suspect »)
- Le 26/10 : 7 résidents positifs (1 de la zone « suspect » et 6 d’une autre unité de résidents grabataire + 4
professionnels
- Le 29/10 : 4 nouveaux résidents positifs (2 dans l’unité de résidents grabataire et 2 unité « Covid suspect ») et
1 soignant d’une des unités jusqu’ici indemnes
….
Donc introduction du virus par soignants ou visiteurs
? Transmission du virus entre résidents (unité Alzeihmer)
? Transmission du virus entre soignants
? Transmission du virus de soignants à résidents (Unité de patients grabataire)


Difficultés rencontrées :
 – Aménagements des zones
- Aménagement de zone entraînant une limitation des locaux utiles : zone d’habillage, local pour le matériel de
soins, conteneurs à déchets (DASRI). Attention au danger d’un stockage dans les couloirs (définir des lieux de
stockage à l’abri des résidents)
- Aménagement d’une zone de pause pour les soignants : si extérieur impossible, prévoir un endroit
permettant facilement une aération et une distanciation.
- Prévoir le « type » de résidents à prendre en charge : déambulant, désorienté, grabataire : les lieux de prise
en charge pourraient être différentes.

-Penser à définir un lieu permettant aux résidents de sortir à l’extérieur,
sans contact avec les autres résidents. (le plus souvent il s’agira de résidents asymptomatiques)

         1-Prévoir une répartition inégale entre Covid+ et « suspects » : impact sur les équipes soignantes et les placesdisponibles. Prévoir également le transfert des résidents entre zone « suspect » et zone « Covid »(et inversement)

           - Penser à multiplier les points comportant des PHA et du désinfectant de surfaces : vestiaires, zone de pause,toilettes…

  • 2- Transfert des résidents entre les zones
    - Prévoir le temps de désinfection complète des chambres dans les zones d’aval et d’amont
    - Attention lors du « déménagement des résidents » : gestes barrières++ pour résidents (masque +HdM) et
    soignants (contact entre les soignants des différentes zones
  • 3 - Renfort en personnel
    - Permet de sectoriser l’ensemble de la structure, sans circulation du personnel mais difficulté à mettre en
    place rapidement sans renfort
    - Prendre le temps d’informer les professionnels arrivant en renfort sur le risque Covid : souvent à la recherche
    de repères, ils oublient les mesures barrières…
  • 4 - Contamination entre soignants :
    - Vérifier la qualité des EPI (confort pour les soignants)
    - Rappel sur le bon port de masque et sur l’hygiène des mains
    Risque majeur lors des pauses, lors des repas dans les vestiaires, en fumant la cigarette.
    - En cas d’épidémie dans la structure, éviter de faire les pauses (y compris repas) avec des collègues d’une
    autre unité. Attention également aux rassemblements, retrouvailles entre collègue en dehors de la structure
    (rappel des gestes barrières à appliquer à l’extérieur).
    Attention en particulier au petit déjeuner conviviaux (avec viennoiseries), plus fréquent peut-être les weekends
    et au retour de vacances : se mettre plutôt dehors
    - Proposer un dépistage à tout soignant qui pensera s’être exposé à un risque.
    - Chaque fois que possible faire les pauses plutôt dehors, dans un endroit défini. Sinon, prévoir une pièce assez
    aérée, chaque fois limiter le nombre de personnes ensembles, respecter la distanciation, déposer son masque
    sur un essuie-tout, faire une hygiène des mains, limiter le temps dans la pièce. Désinfecter son environnement
    immédiat chaque fois (plutôt avant de s’installer).
    - Idem pour les vestiaires : limiter le nombre de personne, respecter ses distances, éviter de parler en l’absence
    de masque. Mettre sa tenue de travail dans le sac à linge sale sans la secouer. Se désinfecter les mains avant de
    quitter le vestiaire. Si casier commun : désinfecter avant d’y mettre ses affaires
    Attention également aux objets partagés : poste informatique, téléphone…
    - Donc avoir dans ces lieux SHA et détergent-désinfectant.
    - Entretenir ces locaux communs 2 fois par jour (équipe de jour/ équipe de nuit).
    - Garder ses distances lorsqu’on fume une cigarette : ne pas partager sa fumée
  • 5 - Contamination entre soignants et résidents
  • -Lors des contacts importants et prolongés avec les résidants (toilettes, nursings), la tenue peut se contaminer
    et doit donc être protégée : port d’un tablier lors des soins mouillants, à éliminer à la sortie de la chambre.
    - Idem pour le port des gants qui ne doivent être utilisés que pour un risque de contact avec les liquides
    biologiques et éliminés à la fin du soin. Désinfection des mains (et des avant bras si tenue manche courte et
    tablier)
    - Si surblouse à manche longue pour ces contacts importants, en cas d’épidémie, la changer entre chaque
    résidents, sauf dans la zone Covid + où elle peut être conservée.
    - Désinfection entre chaque résident du matériel médical qui passe de chambre en chambre (tensiomètre,
    saturomètre…)
    - Individualiser tous les traitements et les produits de soins (crèmes pour la peau)
  • 6 - Contamination entre résidents :
    - Hygiène des mains des résidents déambulants chaque fois que possible
    - Lors des activités collectives : limiter le nombre, se mettre plutôt à l’extérieur, respecter les distances, port
    d’un masque chaque fois que possible, hygiène des mains avant et après l’activité. Désinfecter le matériel
    manipulé par les participants.
    Eviter ces activités collectives aux résidents ne pouvant respecter ces règles ou ayant tendance à porter
    fréquemment leurs mains au niveau du visage.
    - Idem lors des repas en salles collectives
    - Visiteurs : les accompagner+++, leur proposer une hygiène des mains, autoriser des contacts (sans face à face
    et sans les prolonger…)
  • 7 – Entretien des locaux :
    - Augmenter la fréquence de l’entretien en insistant sur tout ce qui est touché par les mains (poignées,
    interrupteurs, rampes…)
    - Aérer les pièces +++
    - Tenue du professionnel adaptée au statut du résident (Covid+ ou non Covid))
    - Attention au port des gants en continu
    - Entretien des chambres : aérer, changer de gants entre chaque chambre en période d’épidémie.
    - Penser à nettoyer le chariot de ménage et le matériel qu’il contient (flacons de produits d’entretien)
  • 8 – Entretien du linge :
    - Ne pas secouer, éviter de manipuler le linge
    - Laver à 60° pendant 30 mn ou 40° avec un cycle plus long
    - Possibilité de stocker le linge fragile pendant 24h avant lavage à basse température
    - Attention aux gants
    - Hygiène des mains++
  • 9 – Entretien de la vaisselle :- Circuit habituel : pas nécessaire de séparer Covid+ et les autres
    - Attention aux gants.
    - Hygiène des mains++
  • 10 – Les déchets :
    - DASRI pour résident Covid+ (prévoir la quantité et taille des sacs)
    - DAOM pour les autres résidents
    - Pas de stockage de déchets dans les couloirs.

 

 

CPIAS Ocean Indien – CHU de La Réunion – Site Saint Denis
Tél : 02 62 90 57 80 - Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

CPIAS OI
Chu de La Réunion
Site Félix Guyon
Route de Bellepierre
CS 11021
97400 Saint-Denis

Tél : 0262 90 57 80
Fax : 02 62 90 57 82
Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Site internet : www.cpias-oi.fr

Praticien hygiéniste : Docteur Catherine Avril
Tél : 02 62 90 57 83
GSM : 0692 26 77 77
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Puéricultrice hygiéniste : Christine Banguy
Tél : 0262 90 66 07
GSM : 0692 26 87 37
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Infirmière hygiéniste : Catherine Morvan
Tél. : 02 62 90 57 84
GSM : 0692 60 62 99
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Logo Cpias

Le CPIAS de l’Océan Indien a été désigné, le 11 décembre 2017, pour une durée de 5 ans sur appel d’offre par le Directeur général de l’ARS OI, après avis du directeur de Santé publique France.

Il est financé par la DGOS au moyen d’une dotation MIG, allouée au CHU de La Réunion qui héberge le CPIAS OI

C'est une structure publique hébergée au CHU Félix Guyon, chargée par le Ministère de la Santé de mettre en œuvre la politique nationale de prévention des infections nosocomiales (IN) & associées aux soins (IAS) et de contribuer à la maitrise de l’antibiorésistance bactérienne.
Le CPIAS OI accompagne les professionnels de santé dans l’amélioration de la qualité des soins pour une meilleure gestion du risque infectieux dans les trois secteurs de soins : établissements de santé, les établissements et services médico-sociaux et le secteur des soins de ville de la région, dans le cadre des plans et programmes nationaux de prévention des infections associées aux soins (IAS) et de résistance aux anti-infectieux (RAI).

 

Champ de compétence :
> Gestion et prévention du risque infectieux associé aux soins et de la résistance aux antibiotiques

Décret n° 2017-129 du 3 février 2017 relatif à la prévention des infections associées aux soins

En appui à l’agence régionale de santé, à l’agence nationale de santé publique et aux professionnels de santé, le centre exerce les missions suivantes:

1. Expertise et appui

Conseil et assistance technique pour des questions d’ordre scientifique, technique ou organisationnel en provenance des établissements de santé, établissements et services médico-sociaux et professionnels de santé du secteur des soins de ville, de l’agence régionale de santé ou du ministère chargé de la santé. Identification des problématiques régionales en termes de risques infectieux associés aux soins à partir notamment des demandes de conseils, des signalements et alertes, résultats des surveillances et enquêtes épidémiologiques. Contribution à l’élaboration de la stratégie des plans régionaux de prévention des IAS. Valorisation des données et promotion de la déclaration des IAS, notamment par l’organisation ou l’appui aux retours d’expérience.

2. Animation territoriale, accompagnement, formation.

Constitution et animation de réseaux de professionnels (établissements de santé, médico-sociaux, ville). Aide à l’interprétation, la diffusion et l’appropriation des recommandations, réglementations, études, résultats des actions de surveillance et campagnes nationales, y compris la promotion de la vaccination, en lien avec l’ensemble de structures régionales concernées. Contribution à l’information et la formation des acteurs de la prévention des IAS, des professionnels de santé et des usagers, notamment par l’organisation d’actions de formation continue, le développement et la promotion de nouveaux outils pédagogiques de gestion des risques ou la participation à la conception, la mise en oeuvre d’actions de sensibilisation et d’éducation pour la santé en lien avec l’ensemble de structures régionales concernées. Contribution à l’animation du réseau des référents chargés du conseil et de l’appui aux prescripteurs d’antibiotiques en lien avec l’ARS. Actualisation de l’annuaire des ressources au niveau régional (mailings, gestion des inscriptions, formulaires…).

3. Surveillance, investigation et appui à la gestion de la réponse en appui aux ARS

Investigation des épisodes infectieux associés aux soins dans le cadre des déclarations prévues à l’article R. 1413-79 du CSP. Suivi et appui à la gestion des épisodes infectieux associés aux soins dans le cadre du signalement; proposition de préconisations, de pistes d’amélioration des pratiques ou de l’organisation, et d’évaluations de leur mise en place, le cas échéant.

Accompagnement à la gestion des risques et réalisation d’évaluation des pratiques de prévention des infections associées aux soins, notamment sur site. Préparation et aide à la gestion de risques sanitaires émergents d’origine infectieuse et à potentiel épidémique.